Code ISO alpha-3POL
Code ISO numérique616
NomPologne
Année d'entrée à :
ONU
1945
OTAN
CSCE
1973
Mouvement des
non-alignés
Communautés européennes
Conseil de l'Europe


28/06/1919 La Pologne renait à la fin de la Première Guerre mondiale, restaurée dans les faits dès l'armistice du 11 novembre 1918, et formellement reconnue par le traité de Versailles du 28 juin 1919, signé entre les Alliés et l'Allemagne
08/12/1919 Le Conseil suprême des Alliés propose un tracé de la frontière orientale de la Pologne qui n'est accepté ni par les Polonais ni par les Russes. Ce tracé, légèrement modifié en 1920, est connu sous le nom de ligne Curzon
18/03/1921 Grâce aux succès de l'armée polonaise dans la guerre soviéto-polonaise de 1919-1921, le traité de paix de Riga fixe la frontière orientale de la Pologne environ 200 km plus à l'Est que la ligne Curzon
22/07/1944 Formation du Comité Polonais de Libération Nationale, dit Comité de Lublin, contrôlé par le Parti communiste polonais et dirigé par Bolesław Bierut, à l'initiative de l'URSS
01/01/1945 Installation en Pologne du Gouvernement Provisoire de la République de Pologne qui prend la suite du Comité de Lublin (ou Comité Polonais de Libération Nationale)
11/02/1945 À Yalta, les trois puissances alliées s'entendent pour fixer la frontière orientale de la Pologne le long de la ligne Curzon, avec des déviations au profit de la Pologne sur une profondeur de cinq à huit kilomètres en certains endroits
21/04/1945 Signature du Traité d'amitié, d'assistance mutuelle et de collaboration dans l'après-guerre conclu entre l'Union des Républiques socialistes soviétiques et la République de Pologne
08/05/1945 Les troupes Soviétiques occupent entièrement les pays d'Europe de l'Est, qu'elles ne quitteront pour cinq d'entre eux qu'avec la chute de l'URSS
28/06/1945 En application des décisions de Yalta, mise en place du Gouvernement Provisoire d'Unité Nationale en Pologne, gouvernement de coalition entre le Parti ouvrier polonais (Polska Partia Robotnicza, PPR) communiste, Stanisław Mikołajczyk qui dirigea le gouvernement polonais en exil à Londres en 1943-1944, et quelques autres personnalités
05/07/1945 Les États-Unis et le Royaume-Uni reconnaissent le Gouvernement provisoire d'unité nationale en Pologne, mettant ainsi fin à leur soutien au gouvernement polonais en exil à Londres
01/08/1945 À Potsdam, les trois Alliés s'entendent pour fixer la frontière occidentale de la Pologne, en attendant le tracé définitif, sur la ligne Oder-Neisse
16/08/1945 Signature du traité entre la République de Pologne et l'Union soviétique concernant la frontière polono-soviétique, qui entérine les décisions prises lors de la conférence de Potsdam
30/06/1946 Referendum en Pologne sur trois questions qui se transforme en vote pour ou contre le mouvement communiste et dont les résultats largement en faveur du oui sont obtenus par intimidation et falsification
21/09/1946 Adoption d'un plan de reconstruction pour lequel la Pologne demande un prêt de la BIRD
19/01/1947 Elections législatives en Pologne sous contrôle des communistes qui assoient définitivement leur pouvoir
24/06/1948 Conférence de Varsovie, riposte de l'URSS à la Conférence de Londres des occidentaux dont les résultats sont dénoncés
15/12/1948 Formation du Parti Ouvrier Unifié Polonais par fusion des anciens partis communistes et socialistes
21/01/1949 Accusé de dévier de la ligne du Parti Communiste, Gomulka est démis de ses fonctions
25/01/1949 En réponse au Plan Marshall, les pays du bloc de l'Est forment une alliance économique, le Conseil d'Assistance économique Mutuelle (CAEM ou COMECON en anglais)
07/06/1950 La RDA reconnaît la ligne Oder-Neisse comme frontière avec la Pologne
02/08/1951 Arrestation de Gomulka par Jozef Swiatlo de la Police Secrète sur ordre du Comité central du POUP
22/07/1952 Adoption d'une nouvelle constitution créant la République populaire de Pologne
29/10/1953 Bolesław Bierut, président du Conseil des ministres, annonce l'adoption partielle du nouveau cours polonais
10/03/1954 Ouverture du 2e congrès du Parti ouvrier unifié polonais (POUP, communiste), où est décidée une séparation des pouvoirs entre le poste de Président du Conseil des ministres et celui de Secrétaire général du Comité central du parti
13/12/1954 Libération de Gomulka et rattachement de la Police Secrète au Ministère de la Justice
14/05/1955 L'URSS et 7 pays d'Europe de l'Est concluent un traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle, connu sous le nom de Pacte de Varsovie
12/03/1956 Décès à Moscou de Boleslaw Bierut, leader de la Pologne depuis la guerre
21/03/1956 Le VIème Plenum du POUP élit Edward Ochab pour remplacer Bierut décédé quelques jours plus tôt
28/06/1956 A Poznan en Pologne, des grèves et des manifestations éclatent rassemblant plus de 100 000 personnes
30/06/1956 L'armée polonaise, sous commandement Soviétique, réprime dans le sang le soulèvement ouvrier de Poznan
19/07/1956 Lors du VIIème Plenum du POUP, Ochab tire les leçons des manifestations ouvrières de Poznan et reconnaît certaines déficiences du Parti
21/10/1956 Gomulka reprend le pouvoir, contre la faction la plus conservatrice du Parti Communiste Polonais
28/10/1956 Le cardinal Wyszynski, primat de Pologne emprisonné en septembre 1953, est libéré
30/10/1956 Déclaration du gouvernement soviétique proclamant son intention de redéfinir les relations avec les démocraties populaires et de respecter leur souveraineté
01/11/1956 Série de réformes politiques et économiques initiées par W. Gomułka
15/11/1956 Visite à Moscou d'une délégation de dirigeants polonais menée par W. Gomułka : une aide économique est accordée à la Pologne contre un maintien des troupes soviétiques dans le pays
19/11/1956 Gomulka signe un nouveau pacte avec l'URSS et obtient l'assurance qu'il pourra continuer sa politique de libéralisation et démocratisation
14/02/1958 Le gouvernement polonais propose la création d'une zone dénucléarisée en Europe centrale (connue comme le Plan Rapacki)
15/03/1960 A Genève, début des négociations menées par le Comité des Dix Nations sur le Désarmement de l'ONU
14/03/1962 Début des travaux du Comité des dix-huit nations sur le désarmement
23/07/1962 Signature à Genève d'un accord garantissant la neutralité du Laos par 14 pays
08/04/1965 Signature du Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle entre la Pologne et l'Union soviétique, qui réaffirme notamment l'inviolabilité de la frontière nationale Oder-Neissé-Lusacë, considérée comme un des facteurs fondamentaux de la sécurité européenne
17/05/1969 Le leader polonais, Władysław Gomułka, propose à la RFA d'ouvrir des négociations incluant la reconnaissance de la frontière occidentale de la Pologne le long de la ligne Oder-Neisse
05/02/1970 Ouverture des premières négociations à haut niveau entre la Pologne et l'Allemagne de l'Ouest (RFA) depuis la Seconde Guerre mondiale
07/12/1970 Traité germano-polonais, signé à Varsovie dans le cadre de l'Ostpolitik par Willy Brandt et Władysław Gomułka, portant reconnaissance de la ligne Oder-Neisse
14/12/1970 Soulèvements ouvriers dans plusieurs villes polonaises dont Gdańsk et Gdynia, Władysław Gomułka autorise la police à faire usage d'armes à feu et fait intervenir l'armée, les émeutes prennent fin le 18 décembre, le bilan est de 44 morts et 346 blessés
20/12/1970 Edward Gierek remplace Gomulka comme Premier Secrétaire du Parti Communiste
18/01/1971 Faisant suite aux émeutes de décembre et à de nouvelles grèves sporadiques depuis début janvier, le gouvernement polonais fait d'importantes concessions : annulation des augmentations de prix et du nouveau système de bonus, ouverture de relations avec l'Église catholique
17/05/1972 Ratification du Traité de Moscou (signé le 12 août 1970, soit presque deux ans plus tôt) et du Traité de Varsovie (signé le 7 décembre 1970) par le Bundestag
06/10/1972 La France et la Pologne signent un traité d'amitié et de coopération, Edward Gierek exprime toutefois sa déception de ne pas bénéficier d'un statut plus favorable que la France ne le lui accorde
05/07/1974 Établissement de relations officielles entre la Pologne et le Vatican
08/10/1974 Visite du dirigeant polonais Edward Gierek aux États-Unis, signature de nombreux accords commerciaux et de coopération, notamment technologique
17/06/1975 Le président français, Valéry Giscard d'Estaing, se rend en Pologne pour une visite de quatre jours, de nombreux accords de coopération sont signés, le communiqué final met l'accent sur la détente en Europe et appelle à la tenue d'une conférence sur le désarmement
28/07/1975 Visite du président des États-Unis, Gerald Ford, en Pologne, le communiqué final met l'accent sur la conférence d'Helsinki à venir, la poursuite de la détente et la réduction des armements en Europe
09/10/1975 Signature par la Pologne et la RFA d'accords sur l'émigration en Allemagne d'environ 125 000 polonais d'origine allemande, sur une compensation de 1,3 milliards DM, sur un prêt à la Pologne de 1 milliard DM, et sur des accords de coopération technique
27/11/1975 Accord sur la livraison à la Pologne par les États-unis de 2,5 millions de tonnes de céréales par an durant au moins cinq ans, pour un prix annuel de 300 millions US$
10/02/1976 Le parlement polonais, le Sejm, vote des amendements constitutionnels qui renforcent le rôle du Parti communiste, le caractère socialiste du système économique et l'alliance avec l'Union soviétique
25/06/1976 Face aux réactions de protestation populaire, le gouvernement polonais annule les augmentations de prix des produits alimentaires qu'il avait décidées, 272 manifestants passent en jugement
23/09/1976 Première organisation d'opposition civique en Pologne depuis les années 1940, le KOR, Comité de Défense des Ouvriers, est créé par des intellectuels suite aux manifestations et émeutes ouvrières du 25 juin et à la dure répression qui s'ensuivit , dans le but de venir en aide aux personnes victimes de ces évènements et à leur famille
18/03/1977 La Pologne ratifie le Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l'ONU, dix ans après l'avoir signé
25/03/1977 Fondation du Mouvement pour la défense des droits de l'homme et des citoyens (ROPCiO), organisation anti-communiste et indépendante polonaise de centre-droit
29/04/1978 Création en Pologne du « Syndicat libre de la Côte » préfigurant Solidarité
16/10/1978 Le cardinal Karol Józef Wojtyła, archevêque de Cracovie, est élu pape de l'Église catholique, premier pape non italien depuis des siècles, il choisit Jean-Paul II comme nom
02/06/1979 Premier voyage du pape Jean-Paul II en Pologne, du 2 au 10 juin, marqué par la présence d'une foule considérable et de nombreux discours et homélies à forte résonance historique, sociale et politique
23/03/1980 Élections législatives en Pologne, entièrement controlées par le gouvernement communiste, les seuls candidats sont ceux du « Front d'unité nationale » qui rassemble les partis autorisés et obtient tous les sièges du Sejm
07/05/1980 Les évêques de l'Église catholique polonais publient un communiqué condamnant les répressions politiques dans le pays
01/07/1980 Durant les premiers jours de juillet, des grèves éclatent dans plusieurs grands sites industriels en Pologne, faisant suite à une augmentation massive du prix de la viande annoncée la veille par le gouvernement
11/07/1980 Les grèves prennent de l'ampleur notamment à Lublin, des accords d'augmentations substantielles des salaires sont signés sur certains sites, le KOR organise la diffusion des informations relatives aux mouvements sociaux, des grèves se poursuivent durant tout le mois de juillet
02/08/1980 Les grèves en Pologne s'étendent aux chantiers navals de Gdańsk et à Varsovie, le journal officiel du Parti communiste, La Tribune du Peuple, fait pour la première fois état d'arrêts de travail, les grèves prennent de l'ampleur
16/08/1980 À l'initiative des leaders de la grève aux chantiers navals de Gdańsk, un « Comité de grèves interentreprises » (MKS) est établi, présidé par Lech Wałęsa, il publie une plate-forme de revendications communes en 21 points dont la reconnaissance de syndicats libres indépendants du Parti communiste et le respect de la liberté d'expression
18/08/1980 Edward Gierek lance à la télévision un appel à la fin des grèves et annonce des changements de politique de prix et de salaires, son discours n'empêche pas que les grèves continuent de s'étendre, le 19 août 253 entreprises sont représentés au MKS, Lech Wałęsa émerge comme le principal leader du mouvement de contestation
21/08/1980 Le Vice-premier ministre, Mieczysław Jagielski, entame des négociations à Gdańsk avec les grévistes dans un climat de confusion et de grandes tensions, malgré les positions dures adoptées par certains grévistes, Lech Wałęsa pousse pour qu'un compromis soit trouvé, le principe d'un accord sur la base des 21 points du Comité de grèves interentreprises est annoncé le 30 août
31/08/1980 Signature des accords de Gdańsk par Lech Wałęsa au nom des grévistes et le Vice-premier ministre Mieczysław Jagielski
06/09/1980 Edward Gierek, démis de ses fonctions de Premier Secrétaire du POUP, officiellement pour raisons de santé, est remplacé par Stanisław Kania
10/09/1980 Mieczysław Jagielski rencontre Léonid Brejnev à Moscou
16/09/1980 Dépôt de la première demande d'enregistrement d'un syndicat libre représentant quelque 14 000 salariés d'une aciérie à Katowice, cette demande est rejetée par la Cour administrative de Varsovie
18/09/1980 Trente-cinq syndicats autonomes indépendants du mouvement Solidarność, représentants 3 millions de personnels de 3 500 entreprises décident de se regrouper en une fédération présidée par Lech Wałęsa, la demande d'enregistrement est déposée le 24 septembre
21/09/1980 Cédant à la demande de Lech Wałęsa, les autorités acceptent qu'une messe catholique soit diffusée en direct pour la première fois sur les ondes de la radio d'État polonaise
29/09/1980 Le gouvernement polonais annonce des augmentations de salaires pour 8 millions d'employés, les récoltes de l'été sont insuffisantes pour couvrir les besoins de la population, les États-Unis octroient un prêt de 670 millions US$ pour l'achat de denrées agricoles
01/10/1980 En octobre en Pologne, des mouvements sociaux se poursuivent pour faire respecter les accords de Gdańsk, plusieurs syndicats professionnels indépendants sont enregistrés, la radio et la télévision s'ouvrent largement aux critiques du gouvernement, le rationnement de la viande est annoncé, des négociations ont lieu sur les statuts du syndicat Solidarność
24/10/1980 Le Tribunal de Varsovie enregistre les statuts de Solidarność en les amputant de paragraphes relatifs au droit de grève et en rajoutant d'autres relatifs au rôle dirigeant du Parti communiste et promettant l'allégeance du syndicat au système socialiste et aux alliances de la Pologne, provoquant la stupeur de ses dirigeants
10/11/1980 La Cour suprême casse l'enregistrement de statuts falsifiés du syndicat Solidarność du 24 octobre et ordonne leur enregistrement sans modification, le syndicat comptera près de 10 millions d'adhérents quelques mois plus tard
01/12/1980 Septième plénum du Comité central du Parti communiste polonais (POUP), Stanisław Kania tente de reprendre la main sur les évènements par de nombreux changements au Politburo, l'annonce d'un fonctionnement plus démocratique et la poursuite des réformes, tout en avertissant Solidarność que le parti ne tolérera pas l'existence de deux centres de pouvoir et en mettant en garde le syndicat contre le recours à la grève
04/12/1980 Dans les premiers jours de décembre se tiennent plusieurs réunions des dirigeants politiques et militaires des pays membres du Pacte de Varsovie dans le but d'exercer une pression sur les autorités polonaises et Solidarność en laissant planer la possibilité d'une intervention militaire
15/01/1981 Le pape Jean-Paul II reçoit une délégation du syndicat Solidarność, emmenée par Lech Wałęsa et Tadeusz Mazowiecki, dans une conférence de presse donnée deux jours plus tard Wałęsa affirme chercher à trouver des compromis avec le gouvernement polonais
24/01/1981 Les négociations entre le gouvernement et Solidarność au sujet du travail le samedi sont dans l'impasse, l'appel de Lech Wałęsa à ne pas aller travailler ce samedi est largement suivi, les grèves se poursuivent les jours suivants dans de nombreuses entreprises, un compromis est trouvé le 31 janvier qui met fin à la plupart des grèves
11/02/1981 Le général Wojciech Jaruzelski devient chef du gouvernement polonais, il conserve son poste de ministre de la Défense
04/03/1981 En marge du XXVIème Congrès du PCUS, rencontre entre les dirigeants polonais, Stanisław Kania et Wojciech Jaruzelski, et les dirigeants soviétiques, Léonid Brejnev et ses principaux ministres, une double occasion de rappeler la « doctrine Brejnev » selon laquelle la défense du socialisme concerne toute la communauté des États socialistes et pas chacun d'entre eux individuellement
27/03/1981 La grève d'avertissement, de 8h à midi, lancée par Solidarność paralyse le pays dans un climat général de revendications, d'arrestations et de violences policières depuis le début du mois
30/03/1981 Le gouvernement polonais et Solidarność parviennent à un accord qui met fin à la crise résultant des brutalités policières mais laisse en suspens la question de la reconnaissance du syndicat « Solidarność rural » et celle des prisonniers politiques
01/04/1981 Un rationnement de la viande est instauré en Pologne, suivi le 22 avril de celui du beurre et des céréales
27/04/1981 Quinze pays occidentaux acceptent de retarder le remboursement par la Pologne de 2,6 milliards US$ de crédits dûs en 1981, le pays continue de s'enfoncer dans la crise économique
09/06/1981 Le Comité central du Parti communiste polonais (POUP) se réunit pour décider des suites à donner à la lettre que les soviétiques lui ont adressé le 5 juin, qui critique vivement l'action de Kania et Jaruzelski dans le traitement de la crise, le gouvernement est fortement remanié début juillet
18/09/1981 Moscou exige l'arrêt de la campagne anti-soviétique
18/10/1981 Le premier secrétaire du comité central du parti, Stanisław Kania, est remplacé par le général Wojciech Jaruzelski, qui conserve en même temps ses fonctions de Premier ministre.
13/12/1981 Instauration de la loi martiale par le Général Jaruzelski, les frontières polonaises sont fermées, les lignes téléphoniques coupées, l’armée investit les villes, des milliers de militants de Solidarność dont Lech Wałęsa sont arrêtés, la liberté syndicale est suspendue
29/01/1982 Selon les statistiques officielles, le revenu national de la Pologne a baissé de 13 % en 1981, la production industrielle de 10 % et le coût de la vie a augmenté de 25 %
12/04/1982 Solidarność tente de continuer à fonctionner de façon souterraine, sa radio émet pour la première fois pendant quelques minutes à Varsovie en ce jour de Pâques, une « Commission de coordination intérimaire » (ICC) centrale est créée le 22 avril, des « Conseils régionaux » sont installés les semaines suivantes
01/05/1982 À l'appel de Solidarność, des messes sont célébrées dans quatre églises de Varsovie et un défilé alternatif de la parade officielle rassemble de 10 à 50 000 personnes
31/08/1982 Le second anniversaire des accords de Gdańsk est marqué par de violentes manifestations qui font cinq morts et des centaines de blessés, des milliers de personnes sont arrêtées
08/10/1982 Tous les syndicats dont Solidarność, existant avant l'imposition de la loi martiale le 13 décembre dernier, sont dissous, le cardinal Glemp condamne très vivement cette décision ainsi que le maintien de la loi martiale au cours d'une homélie prononcée le 16 octobre
20/10/1982 Solidarność poursuit ses activités clandestines, dans un communiqué le syndicat demande le boycott de toutes les nouvelles organisations syndicales mises en place par le gouvernement, annonce l'organisation d'une grève générale au printemps 1983 et d'actions pour les 10 et 11 novembre, jour anniversaire de l'indépendance recouvrée par la Pologne
14/11/1982 Après onze mois de détention, libération de Lech Wałęsa, leader de Solidarność, lors d'une conférence de presse il met l'accent sur la nécessité de trouver des solutions pacifiques mais maintient son engagement pour des syndicats libres et son attachement aux accords de Gdańsk
31/12/1982 La loi martiale est suspendue en Pologne, toutefois le gouvernement conserve les prérogatives des lois d'exception, Solidarność poursuit ses activités souterraines
16/06/1983 Du 16 au 23 juin, deuxième voyage de Jean-Paul II en Pologne, il rencontre Lech Wałęsa
22/07/1983 Le Général Jaruzelski lève la loi martiale en Pologne
22/07/1983 Levée de la loi martiale, décrétée le 13 décembre 1981, suspendue le 31 décembre 1982, la plupart des personnes encore détenues sont libérées à l'exception d'une soixantaine de prisonniers politiques dont sept leaders de Solidarność, mais toutes les lois votées par le Sejm qui renforcent le contrôle du Parti communiste dans la vie politique, sociale et économique du pays demeurent en place
05/10/1983 Le Prix Nobel de la Paix est décerné à Lech Wałęsa, son épouse le reçoit à Oslo le 10 décembre, le leader syndical craignant de ne pas être autorisé à rentrer en Pologne
01/05/1984 En Pologne, les manifestations parallèles, d'une faible ampleur comparée aux deux années précédentes, sont rapidement dispersées par la milice
21/07/1984 Pour marquer le quarantième anniversaire de la Pologne communiste, le Sejm vote une loi d'amnistie de tous les prisonniers politiques
19/10/1984 Le père Jerzy Popiełuszko, très proche de Solidarność, est assassiné par trois officiers de la police polonaise, ses obsèques célébrées à Varsovie par le cardinal Glemp rassemblent au moins 250 000 personnes et constituent de facto une grande manifestation de soutien aux libertés et à Solidarność
14/05/1985 Trois leaders de Solidarność à Gdańsk sont condamnés à des peines de prison de 2 ou 3 ans, à cette date environ 200 prisonniers politiques sont détenus, le gouvernement intensifie sa répression contre l'opposition tout en mettant en avant les progrès de la « normalisation »
15/07/1985 Les 17 pays occidentaux du « Club de Paris » signent avec la Pologne un accord de rééchelonnement de sa dette portant sur 11 milliards US$ de prêts, à fin 1984 la dette totale du pays était de 26,8 milliards US$ et devrait augmenter de 1,3 milliards US$ en 1985
13/10/1985 Élections législatives en Pologne, les premières depuis 1980, la participation selon les chiffres officiels est de 78,9%, selon Solidarność qui avait appelé au boycott, elle est de 66 %
31/12/1985 Fin 1985, le Parti communiste polonais (POUP) compte 2,1 millions de membres, il en comptait 1 million de plus en juin 1980
31/05/1986 Zbigniew Bujak, le plus important leader de l'organisation souterraine de Solidarność est arrêté, venant après d'autres arrestations de leaders régionaux ou locaux elle constitue un coup dur pour le syndicat
12/06/1986 La Pologne redevient membre du FMI, 36 ans après l'avoir quitté le 14 mars 1950
30/06/1986 Lors d'un discours au Xème congrès du Parti communiste polonais (POUP), Gorbatchev apporte son soutien au général Wojciech Jaruzelski et tient des propos sur l'unité du camp socialiste qui ne se démarquent pas nettement de la doctrine Brejnev
15/09/1986 En Pologne, tous les prisonniers politiques sont libérés, cette mesure est symbolique pour le POUP du retour à la normale célébré durant le Xème Congrès du Parti, elle répond aussi à une exigence des Occidentaux, en particulier des États-Unis, pour un retour à des relations normales
19/02/1987 Le président Reagan lève les sanctions décidées par les États-Unis au moment de l'instauration de la loi martiale en Pologne, annule l'interdiction de lui accorder des crédits et rétablit le statut de nation la plus favorisée
29/03/1987 Nouvelle vague d'augmentation des prix des produits alimentaires et pétroliers, la quatrième depuis l'instauration de la loi martiale en décembre 1981
08/06/1987 Du 8 au 14 juin, troisième visite de Jean-Paul II en Pologne, le pape prie sur la tombe du père Jerzy Popieluzko
30/11/1987 Référendum en Pologne, le gouvernement n'obtient pas le vote positif d'au moins 51% des électeurs inscrits, nécessaire pour que les mesures proposées soient adoptées
30/01/1988 Le gouvernement polonais annonce de très fortes augmentations de prix, de 40 % pour les produits alimentaires, de 60 % pour les produits pétroliers
25/04/1988 Prenant le relai des manifestations étudiantes de mars, de très importantes grèves ouvrières se déclenchent
02/05/1988 Environ 7 000 des 12 000 ouvriers des chantiers navals Lénine de Gdańsk se mettent en grève en soutien aux grévistes des aciéries de Nowa Huta et pour réclamer que Solidarność soit de nouveau légalisé
15/08/1988 Grèves dans de nombreuses mines de charbon, qui s'étendent les jours suivants à des sites industriels dont les chantiers navals de Gdańsk, les autorités instaurent le couvre-feu dans plusieurs villes, déploient des troupes et évacuent plusieurs sites
31/08/1988 Rencontre entre Lech Wałęsa et des représentants du pouvoir dont le ministre des Affaires intérieures, Czesław Kiszczak, la première depuis l'interdiction du syndicat Solidarność par un vote du parlement polonais du 8 octobre 1982
26/09/1988 Le POUP choisit Mieczysław Rakowski pour former un nouveau gouvernement afin de faire face à la crise sociale et économique du pays
12/10/1988 Le Secrétaire d'État adjoint, John C. Whitehead, rencontre Lech Wałęsa et des représentants du gouvernement polonais, puis déclare que les États-Unis soutiennent la légalisation de Solidarność
17/10/1988 L'ouverture de la « table ronde » entre le parti au pouvoir, Solidarność et d'autres mouvements est reportée sine die, en raison de dissensions au sein des instances dirigeantes sur la posture à adopter vis-à-vis du syndicat
31/10/1988 Dans un contexte marqué par la persistance de désaccords entre Lech Wałęsa et les autorités sur les négociations à venir, l'annonce de la fermeture des chantiers navals Lénine à Gdańsk est perçue comme une provocation politique et accroit le mécontentement de la population
02/11/1988 Durant sa visite de trois jours, Margaret Thatcher rencontre le premier ministre, Mieczysław Rakowski, le cardinal Primat de Pologne, Józef Glemp, et des personnes proches de Solidarność. Elle déclare
21/11/1988 Le gouvernement polonais approuve un nouveau plan drastique de « consolidation économique »
30/11/1988 Des millions de polonais regardent à la télévision le débat sans précédent entre Lech Wałęsa et le dirigeant des syndicats officiels, relatif à la pluralité dans la vie publique
18/01/1989 Opérant un tournant majeur par rapport à ses positions traditionnelles, le Parti communiste polonais, le POUP, autorise le syndicat Solidarność à reprendre ses activités pour une période probatoire de deux ans, à l'issue de laquelle sa légalisation définitive pourra être décidée, et se déclare prêt à reconnaître de nouveaux syndicats à la condition qu'ils soutiennent sa politique économique.
27/01/1989 Accord entre le gouvernement polonais, le syndicat Solidarność et l'Église catholique de Pologne sur l'ouverture d'un « table ronde » pour négocier des réformes politiques et économiques
06/02/1989 Ouverture de la « Table ronde » entre le gouvernement polonais du Général Jaruzelski, le syndicat Solidarité, dont la délégation est dirigée par Lech Wałęsa, et d'autres organisations et personnalités indépendantes du régime en place
12/02/1989 Reformation du Parti travailliste polonais, dissous en 1946, illustrant la montée irréversible du pluralisme politique
09/03/1989 Les bases d'un accord sont trouvées entre les parties à la « table ronde » polonaise : 35 % des sièges à la Diète de la république de Pologne (Sejm Rzeczypospolitej Polskiej, en polonais) seront pourvus par des élections libres, instauration d'un Sénat, chambre haute du Parlement, légalisation de Solidarność
05/04/1989 La « table ronde » s'achève en Pologne par la signature de trois accords portant sur la liberté syndicale, les réformes politiques et la politique sociale et économique
17/04/1989 En application des accords issus de la « table ronde » polonaise, nouvelle légalisation du syndicat Solidarność - interdit le 8 octobre 1982 - qui est autorisé à diffuser à 500 000 exemplaires un quotidien national et à disposer de 30' d'antenne chaque semaine à la télévision et 1 heure à la radio
17/04/1989 Depuis Detroit, dans une banlieue habitée par une forte population d'origine polonaise, George H. W. Bush annonce un plan d'aide économique et financière à la Pologne, approuvé par la Chambre des Représentants le 20 juin
19/04/1989 Lech Wałęsa est reçu en audience à Rome par le pape polonais Jean-Paul II qui apporte ainsi son soutien aux résultats de la « Table ronde » et renforce la position de Solidarnosc pour les élections à venir
17/05/1989 Le Sejm instaure un cadre légal pour les relations entre l'État polonais et l'Église catholique, une première depuis l'installation au pouvoir des communistes en 1945, qui garantit la liberté de croyance et de conscience
24/05/1989 Grève des étudiants et affrontements avec la police, faisant suite au refus d'enregistrer les statuts de l'Union indépendante des étudiants (en polonais, NZS), la Cour Suprême révoque cette décision le 22 septembre
29/05/1989 Le Sejm passe une loi d'amnistie des condamnations prononcées depuis le 31 août 1980 en lien avec des actions de nature politique ou syndicale
04/06/1989 Solidarność remporte le premier tour des élections législatives semi-libres : ses candidats gagnent 92 des 100 sièges au Sénat, et 160 des 161 sièges libres sur les 460 que le Sejm compte au total, au second tour, le 18 juin, il remporte le dernier siège libre au Sejm et 7 des 8 sièges non pourvus au Sénat
14/06/1989 Visite de François Mitterrand en Pologne, où il annonce un rééchelonnement de la dette polonaise
15/06/1989 Les Soviétiques commencent le retrait de leurs forces armées stationnées en Pologne
09/07/1989 Visite de George H. W. Bush en Pologne, ses annonces d'aide économique déçoivent
14/07/1989 Le sommet du G7 qui se tient à Paris à l'occasion du bicentenaire de la Révolution française, appelle à la création d'un programme d'aide internationale à la Pologne et à la Hongrie
19/07/1989 L'élection du général Wojciech Jaruzelski au nouveau poste de Président de la Pologne avec une faible marge illustre la faiblesse du pouvoir
25/07/1989 Lech Wałęsa, le leader du mouvement Solidarność, refuse la proposition du général Jaruzelski de participer à un gouvernement de coalition emmené par le POUP, mais se dit prêt à constituer un gouvernement
25/07/1989 Un accord commercial et de coopération économique est signé entre la Pologne et la Communauté économique européenne (CEE)
28/07/1989 Réunion du Comité central du POUP, faisant suite à l'échec du parti aux élections, le Premier ministre Mieczysław Rakowski remplace Wojciech Jaruzelski à la tête du parti, le ministre de l'Intérieur Czesław Kiszczak est proposé pour devenir Premier ministre, le Comité central et le Politburo sont profondément remaniés
01/08/1989 La suppression du contrôle des prix sur les produits agricoles et du rationnement sur la viande provoque une explosion des prix et des grèves, les pays membres de l'OCDE promettent une aide alimentaire à la Pologne
07/08/1989 Lech Wałęsa annonce son intention de former un gouvernement de coalition, sans le POUP, tandis que Czesław Kiszczak éprouve de grandes difficultés à former un nouveau gouvernement
15/08/1989 Lech Wałęsa réitère sa proposition de former un gouvernement de coalition, assortie toutefois de concessions destinées à rassurer l'Union soviétique en proposant que le POUP garde les ministères de l'Intérieur et de la Défense et en affirmant que la Pologne restera au sein du Pacte de Varsovie
17/08/1989 Le général Wojciech Jaruzelski accepte finalement la proposition de Lech Wałęsa de former un gouvernement de coalition, Czesław Kiszczak démissionne et Tadeusz Mazowiecki lui succède pour former le nouveau gouvernement, le Sejm approuve sa nomination le 24 août par 378 votes pour, 4 contre et 41 abstentions
12/09/1989 Après deux semaines de difficiles négociations, Tadeusz Mazowiecki parvient à constituer un gouvernement de coalition dans lequel Solidarność est dominant et les anciens partis au pouvoir durant l'ère communiste, le POUP, le
17/09/1989 Des cérémonies ont lieu partout en Pologne, autorisées par le gouvernement, pour commémorer le cinquantième anniversaire de l'invasion de la Pologne par Staline, le journal du POUP publie pour la première fois un article qui la condamne
01/10/1989 Premier transfert par train de citoyens est-allemands réfugiés à l'ambassade de la RFA à Prague, via le territoire de la RDA où d'autres Allemands de l'Est en profitent pour monter à bord, plusieurs centaines de réfugiés à l'ambassade de Varsovie sont également conduits en RFA
03/10/1989 La CEE approuve un budget de 325 millions US$ d'aide à la Hongrie et la Pologne
11/10/1989 La Chambre des Représentants des États-Unis accorde une aide de 837,5 millions US$ à la Hongrie et la Pologne
12/10/1989 Le Premier polonais, Tadeusz Mazowiecki, présente le programme économique de son gouvernement qui vise à une transformation complète de l'économie polonaise sur le modèle occidental en deux ans, il reconnait que la population en sera à court terme négativement impactée
13/10/1989 Accord entre la Pologne et la RFA sur l'évacuation des réfugiés est-allemands à l'ambassade ouest-allemande à Varsovie, sans passer par le territoire de la RDA, environ 2 000 d'entre eux bénéficient de cet accord d'ici la fin du mois d'octobre
18/10/1989 La Banque européenne d'investissement (BEI) ouvre un crédit de financement de projets en Hongrie et Pologne à hauteur de plus d'un milliard US$, la RFA, l'Italie et le Japon décident dans le courant de ce mois de mesures d'aide financière en faveur de ces deux pays
23/10/1989 Lech Wałęsa est élu à la tête du syndicat Solidarność, dans le même temps il prend ses distances avec le programme économique libéral du gouvernement dont il craint que l'inflation en résultant soit source de mécontentement de la population
09/11/1989 Du 9 au 14 novembre, visite du chancelier ouest-allemand Helmut Kohl en Pologne, la première depuis 1979, interrompue le 10 novembre par suite des évènements à Berlin-Est, reprise les jours suivants
13/12/1989 Le « Groupe des 24 » pays occidentaux constitué pour coordonner l'aide accordée aux pays d'Europe de l'Est approuve des mesures financières supplémentaires au bénéfice de la Pologne et de la Hongrie
29/12/1989 Le Sejm, la chambre basse du Parlement, abolit le rôle dirigeant du POUP, le parti communiste, et rétablit le nom de République de Pologne, qui était celui de ce pays avant la Seconde Guerre mondiale
05/02/1990 Accord entre la Pologne et le Fonds monétaire international (FMI) pour l'octroi de crédits de 723 millions US$ sur 13 mois, le lendemain la Banque mondiale accorde un premier prêt de 360 millions US$, le 9 février le Premier ministre polonais lance un appel aux pays occidentaux pour que soit rapidement trouvé un accord de rééchelonnement de la dette du pays qui se monte à 41 milliards US$, dont 27 auprès de l'Ouest
16/02/1990 Accord au sein du « Club de Paris » pour rééchelonner 9 milliards US$ de la dette polonaise, mais sans réduction de la dette
21/02/1990 Le Premier ministre polonais, Tadeusz Mazowiecki, demande à l'Allemagne de reconnaître formellement la frontière actuelle, le long de la ligne Oder-Neisse, il déclare que d'ici là des troupes soviétiques resteront en Pologne et que son pays restera membre du Pacte de Varsovie
14/03/1990 Première réunion en format « 2+4 » sur les conditions de la réunification allemande sur le plan international
02/05/1990 En visite du 2 au 6 mai en Pologne, le Président de la RFA, Richard von Weizsäcker, cherche à dissiper les craintes polonaises en déclarant que « la frontière occidentale actuelle de la Pologne restera inviolable. Ni aujourd'hui ni plus tard, nous ne ferons quelque revendication que ce soit sur un territoire en Pologne ou dans tout autre pays voisin »
27/05/1990 Élections locales en Pologne, premières élections entièrement libres depuis la Seconde Guerre mondiale, marquées par une faible participation de 42 % en raison d'un contexte social dégradé par les effets des mesures économiques d'austérité sur la population
11/06/1990 Le massacre de 15 000 officiers polonais par les Soviétiques en 1940 sur plusieurs sites dont Katyń près de Smolensk est officiellement reconnu
21/06/1990 Le Bundestag allemand (RFA) vote une résolution qui confirme le tracé de la frontière « Oder-Neisse » entre l'Allemagne unie et la République de Pologne
17/07/1990 Lors du troisième round des négociations en format « 2+4 » sur la réunification de l'Allemagne, un accord est trouvé concernant la frontière germano-polonaise
16/09/1990 Wojciech Jaruzelski démissionne de ses fonctions de Président de la République polonaise, cinq ans avant la fin de son mandat
09/12/1990 Lech Wałęsa est triomphalement élu au second tour des présidentielles, les premières au suffrage universel direct, avec plus de 74 % des voix
29/12/1990 Jan Krzysztof Bielecki est nommé Premier ministre du gouvernement polonais par Lech Wałęsa, intronisé Président de la République le 22 décembre
30/01/1991 Le « Groupe des 24 » pays occidentaux déclare que l'aide totale fournie aux pays d'Europe de l'Est s'élève à ce jour à 38 milliards US$, dont 40 % et 27 % au bénéfice respectivement de la Pologne et de la Hongrie
01/02/1991 Ouverture des négociations entre la CEE et trois pays de l'Est, la Hongrie, la Pologne et la Tchécoslovaquie, en vue de la conclusion d'un accord d'association
15/02/1991 La Pologne, la Tchécoslovaquie et la Hongrie créent le Groupe de Visegrád afin d'instaurer entre elles une coopération politique, économique et culturelle
17/06/1991 Signature d'un traité de coopération entre l'Allemagne et la Pologne, les droits des quelque 500 000 Allemands vivant en Pologne sont reconnus, Helmut Kohl et Jan Krzysztof Bielecki se déclarent en faveur de l'adhésion de la Pologne à la CEE
27/10/1991 Élections législatives en Pologne, les premières entièrement libres depuis la Seconde Guerre mondiale, dont les résultats traduisent la baisse de popularité de Solidarność et la fragmentation du paysage politique
26/01/1994 La Roumanie adhère au Partenariat pour la paix (PPP) de l'OTAN, rapidement suivie par les autres anciens pays satellites de l'URSS en Europe centrale et orientale